A terrain particulier...

Pendant 100 ans, les eaux usées de Paris ont été déversées sur plusieurs communes des Yvelines, dont Achères (voir notre histoire).

Le projet Integraterre prend place sur des terres de la Plaine d’Achères. Le terrain était agricole, puis exploitée en tant que carrière de sable. Ce contexte implique la mise en œuvre d’une démarche particulière. L’ambition d’Intégraterre est de développer une méthode de référence de solutions adaptées à la problématique de refonctionnalisation des sols urbains, tout en garantissant la maîtrise des risques sanitaires.

...démarche particulière !

En 2018, le bureau d’étude Sol Paysage a réalisé une étude de sol. 10 échantillons de sol ont été prélevés sur le terrain pour des analyses agronomiques et en polluants. La répartition des échantillons a été définie en fonction de l’historique du site, de la typologie de couvert végétal et des intentions du projet.

L’étude conclut que la partie Nord du terrain n’est pas polluée (jaune) et que la partie Sud du terrain présente des concentrations en Plomb, Cadmium, Zinc et Mercure plus élevées que la moyenne (marron). Cela est cohérent avec l’historique du site de carrière de sable et de zone d’épandage.

Étant donné ces caractéristiques différentes de sols, nous avons distingué les usages du Nord et du Sud.

Du Nord...

Au Nord, la terre concernée par l’épandage a été évacuée par l’entreprise de carrière. Elle a été remplacée par des déchets de construction. Elle est pauvre en matière organique et non polluée.

Sur cette zone (points P8 et P9 sur la carte ci-dessus), nous enrichissant le sol grâce aux biodéchets collectés et compostés. Les cultures se font sur buttes, construites selon la méthodologie des lasagnes.

1500 m² de surface de culture sur buttes sont actuellement en place et 200 arbres ont été plantés (voir notre rubrique Ferme urbaine).

Bien que le sol ne soit pas pollué, des analyses de légumes, de buttes et d’eau sont réalisées chaque année.

...au Sud !

Au Sud, à la fermeture de la carrière de sable, la terre végétale a été concernée par l’épandage des eaux usées et elle présente des concentrations en Plomb, Mercure, Cadmium et Zinc plus élevées que la normale. Par ailleurs, cette terre est riche en matière organique.

Sur cette zone, une expérimentation, en partenariat avec Exp’AU (bureau de recherche affilié à AgroParisTech) a été mis en place fin 2020, afin de répondre à la question suivante :

La culture sur buttes, constituées de biodéchets collectés et compostés, permet-elle de produire et de consommer les fruits et légumes sans risques pour la santé ?

9 zones de culture différentes ont été construites :

  • 3 en pleine terre
  • 3 sur butte sans isolation entre le sol en place et le sol créé à partir des biodéchets
  • 3 sur butte, avec isolation via un géotextile

Sur trois années, différents végétaux seront plantés et analysés afin de conclure sur les modalités possibles (ou non) de culture sur la parcelle.